Imprimer cet article Imprimer cet article

Accidents, crashes et catastrophes : 5 articles pour frissonner cet été

dimanche 4 août 2013
Par Benjamin PELLETIER

Dans les domaines exigeant une haute fiabilité, il est impératif que tous les acteurs développent une culture de la sécurité. Or, dans la conception même de la notion de sécurité, dans l’apprentissage et la formation à la sécurité, dans l’intégration de la sécurité au quotidien d’une pratique professionnelle, dans la gestion des facteurs humains lors de situations mettant en péril la sécurité, certains facteurs culturels peuvent avoir une influence positive ou négative.

Certes, la culture n’explique pas tout et il faut se garder de ramener la complexité d’un événement à un déterminisme culturel qui est à la fois une réduction dangereuse et une stigmatisation culturelle. Mais il ne faut pas pour autant s’interdire d’intégrer dans l’analyse la question culturelle qui peut trouver sa place parmi tout un faisceau de circonstances et de causalités ayant mené à un événement dramatique.

Autrement dit, il y a tout un champ d’analyse à explorer en ce qui concerne les facteurs culturels de la culture de la sécurité. C’est à cette réflexion que je vous invite à travers un choix de cinq études de cas mises en ligne sur ce blog. La gestion des risques interculturels mène ici aux facteurs culturels de la gestion des risques…

* * *

Comment l’une des pires compagnies aériennes au monde dans les années 90 est-elle devenue l’une des meilleures aujourd’hui ? En quoi certaines pratiques culturelles coréennes avaient un impact négatif sur la sécurité ? Et s’il a été possible pour Korean Air de changer, ne peut-on pas en tirer des leçons pour nous également ?

La Pologne a connu un drame national avec le crash de l’avion transportant en Russie le président et de nombreux hauts responsables polonais. Ce cas illustre tout à fait les effets néfastes d’une notion particulièrement utilisée en management interculturel pour comparer les cultures managériales : la distance hiérarchique élevée. Elle est tout à fait incompatible avec l’exigence de sécurité.

Quand survient la catastrophe, la réaction première des victimes et témoins n’est pas la panique, contrairement aux idées reçues. Mais la peur et la sidération. Au moment du tsunami et de l’accident nucléaire de Fukushima, les Japonais n’ont pas manifesté de panique, ce qui a frustré bien des journalistes étrangers. Mais les Français ont paniqué. Pourquoi une telle différence dans l’expression des émotions ?

Du fait de la fréquence de catastrophes naturelles dans certains pays, ces derniers ont développé une « culture des catastrophes ». Dans les pays où le désastre est exceptionnel ou rarissime, cette culture n’existe pas, d’où l’effort supplémentaire qu’il faut fournir pour sensibiliser les professionnels et le public à l’importance de la culture de la sécurité. Quelles implications y a-t-il dans la culture des catastrophes, et quelles relations avec la « culture des risques » ?

Plus précisément, il s’agit de l’explosion en avril 2010 de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon. BP avait une culture de la sécurité défaillante, notamment en ce qui concerne le signalement et la remontée du négatif. Parmi les nombreuses causes de cette défaillance, la communication indirecte, ou plus exactement implicite, du patron de BP jusqu’en 2007 a pu avoir une influence néfaste.

Voilà de quoi réfléchir à l’impératif d’une communication directe et explicite en contexte de haute fiabilité – et aux facteurs culturels favorables ou non à une telle communication.

MàJ du 18 septembre 2013 – Pour prolonger sur cette thématique, vous pouvez désormais également frissonner en mer avec Retour sur le naufrage du Concordia: facteurs humains et culturels de la sécurité.

* * *

  • Vous avez un projet de formation, une demande de cours ou de conférence sur le management interculturel?
  • Vous souhaitez engager le dialogue sur vos retours d’expérience ou partager une lecture ou une ressource ?
  • Vous pouvez consulter mon profil, la page des formations et des cours et conférences et me contacter pour accompagner votre réflexion.

Quelques suggestions de lecture:

2 commentaires sur “Accidents, crashes et catastrophes : 5 articles pour frissonner cet été”

  1. louis-arnaud blois

    très attentif à vos pertinents écrits .
    Impliqués dans la coordination des risques liés aux soins
    je partage vos articles avec intérêt

    #3050
  2. Benjamin PELLETIER

    Merci pour ce sympathique retour de lecture, Louis-Arnaud. Pour les articles sur médecine et facteurs culturels, voir ici.

    #3051

Laisser un commentaire

*



Newsletter

Comme plus de 1500 abonnés, recevez directement le dernier article publié!

Ce travail et ces partages ont votre soutien?

Pourquoi? Voyez ici!

Articles les plus consultés

Archives


Pour toute reproduction contactez l'auteur de ce site.
© 2009-2016 www.gestion-des-risques-interculturels.com