Imprimer la page Imprimer la page

Profil

Lors de l’émission « Intelligence Économique » du 6 octobre 2012 sur France 24: Coca-Cola, le global et le local  (un clic sur l’image pour accéder à la vidéo)

Benjamin PELLETIER, formateur en management interculturel

  • Références & programmes de formation sur demande
  • Expérience des grands groupes (Gaz de France, Accor) & cabinets de conseil (Deloitte, BCM)
  • Expatrié au Moyen Orient (Arabie saoudite) & en Extrême Orient (Corée du Sud)
  • Formation en philosophie complétée par un master en intelligence économique

Champs d’intervention

  • Accompagnement à l’expatriation
  • Développement des compétences à l’international
  • Intégration des collaborateurs étrangers en France
  • Coopération en contexte multiculturel
  • Team building
  • Cours & Conférences

Autres

  • Chargé d’un module de 24h de cours à l’Ecole Centrale de Paris en master SDAI
  • Maître de Conférences à l’Ecole des Ponts (nommé en avril 2016), et enseignant pour un module de 30h du master TRADD
  • Intervenant régulier à l’INHESJ (Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice) et à l’EGE (École de Guerre Économique)
  • Membre du Conseil consultatif de rédaction du Journal of Organizational Change Management
  • Administrateur et animateur du groupe de discussion et de partage d’expériences « Gestion des Risques Interculturels » sur LinkedIn

Publications

Littérature

Publications BP 2

Contributions

Publications BP 3

Parcours en bref…

[1] Adolescence à Lourdes. Ville étrange de 15000 habitants qui s’ouvre d’avril à octobre pour le temps des pèlerinages qui drainent 6 millions de personnes du monde entier et qui se referme l’hiver comme une huître. Le comble de la ville mondialisée et provinciale.

[2] 1995-2000 : khâgne et études de philosophie à Toulouse, plongée dans la pensée occidentale, notamment celle de Spinoza, Kant, Nietzsche et Foucault.

[3] 2000-2001 : premier séjour d’expatriation en Arabie saoudite, à Riyad, au milieu du désert. 55° à l’ombre en plein mois d’août et des milliers de kilomètres de plage… sans la mer. Là, professeur de français au Centre Franco-Saoudien : la chance de rencontrer toutes les couches de cette société complexe, du bédouin au prince. Souvenir d’un premier cours particulier au palais d’un proche de la famille royale : « Voici deux textes, choisissez-en un à étudier : la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 ou bien l’Appel du 18-Juin du Général de Gaulle. » Bingo, le Saoudien était à la fois contre la peine de mort et fan du Général… Comme quoi, les clichés…

[4] 2002 : une année à Séoul à l’Alliance française. La Corée du Sud, c’est le Brésil… quand on vient d’Arabie saoudite. Toujours plus à l’Est donc, toujours plus « dés-orienté », ou plutôt « dés-occidentalisé ». Nombreuses amitiés coréennes – un peuple qui a été envahi plus de deux mille fois ne peut pas être tout à fait mauvais. Lourdes, Toulouse, Riyad, Séoul, la boucle est bouclée, retour à Paris fin 2002.

[5] 2002-2004 : écriture et publication de mon premier livre, La Mère des batailles. C’est chouette, on peut dire « premier » livre quand on en a écrit un deuxième.

[6] 2004-2005 : en master d’intelligence économique au sein de l’Ecole de Guerre Economique. – Comment ? Vous étudiez la philosophie et ensuite les problématiques d’entreprise ? Vous vous reniez ? Mais quelle logique ? Combien de fois entendu ce discours effaré ? L’interculturalité, c’est d’abord et avant tout l’interdisciplinarité. Et puis, si on a la souplesse d’esprit pour comprendre la distinction kantienne entre le transcendant et le transcendantal, l’intelligence économique et ses obsessions (la veille, l’influence, la sécurité) ne devraient pas être hors de portée.

[7] 2006-2007 : deuxième séjour en Arabie saoudite, à Djeddah cette fois, au bord de la mer Rouge. La mer est à 34° mais c’est la mer tout de même – ne boudons pas notre plaisir de jeter un œil dans ce gigantesque aquarium bariolé. Expatriation pour le groupe Accor, développement de projets touristiques, notamment à la Mecque, 5 millions de pèlerins par an, où je ne suis jamais allé, n’étant pas musulman. Lourdes-La Mecque, c’est un destin ?

[8] 2008-aujourd’hui : formations en management interculturel, au sein du cabinet BCM, puis en freelance après la disparition de BCM suite au décès de sa fondatrice, Catherine Vielle.

[9] 2007-2009 : écriture et publication de mon deuxième livre, A travers sables, qui s’inspire de mes deux séjours en Arabie saoudite. C’est chouette, on peut dire « deuxième » livre quand on en a écrit un premier. Voir des extraits ici.

[10] 2014-2016: écriture et publication de mon troisième livre, Toujours plus à l’est, exploration littéraire du contexte coréen à partir de différents séjours effectués en Corée du Sud (pour télécharger les 46 premières pages du livre, cliquez ici). C’est chouette: après deux livres, on fait semblant d’arrêter de compter…

Pour prolonger, je vous invite à consulter la page des cours et conférences et celle des formations interculturelles.


Les commentaires sont fermés.



Newsletter

Comme plus de 1500 abonnés, recevez directement le dernier article publié!

Ce travail et ces partages ont votre soutien?

Pourquoi? Voyez ici!

Articles les plus consultés

Archives


Pour toute reproduction contactez l'auteur de ce site.
© 2009-2016 www.gestion-des-risques-interculturels.com