Imprimer cet article Imprimer cet article

Jeux de mains, jeux de vilains ?

samedi 24 novembre 2012
Par Benjamin PELLETIER

Le langage des mains

Les mains ne sont pas des outils équipant nos bras, elles ne sont pas non plus une simple partie du corps, au même titre que les pieds par exemple. Les mains sont bien plus que cela, elles font signe, elles produisent du sens, elles expriment la personnalité, au-delà de la parole. Les mains accompagnent, relaient, complètent, prolongent, voire modifient, ou même contredisent, le langage verbal.

Pour la plupart d’entre nous, il n’est pas nécessaire d’interroger la coordination entre la parole et le mouvement des mains : cela va de soi, pourrait-on dire. Mais pour un homme politique ou pour quelqu’un qui se trouve dans un contexte culturel étranger, cette coordination devient problématique. Soit parce que le langage des mains risque de désavouer malgré soi une parole publique insincère ou mensongère ; soit parce que l’expatrié se confronte à un langage non-verbal dont il ne maîtrise pas le code, et craint de commettre maladresses et impairs.

Mais lorsque le responsable politique se trouve lui-même à l’étranger ou en contact avec un homologue étranger, la dimension publique rejoint la question interculturelle. Il devient alors difficile de maintenir sous contrôle le langage verbal et le langage non-verbal, ce qui donne lieu à des situations intéressantes à observer. J’ai choisi six scènes significatives pour illustrer ce phénomène.

1. Profanation

Le terme est assez fort mais, après réflexion, je le retiens pour une raison précise que je donnerai après l’illustration. Nous sommes le 20 avril 2006, George Bush et Hu Jintao viennent de s’exprimer en public. Le président chinois s’apprête à quitter la scène mais part dans la mauvaise direction. George Bush le retient par la manche :

Visiblement, Hu Jintao n’apprécie pas le geste de George Bush. C’est pourtant un geste prévenant, soit pour respecter le protocole, soit pour éviter à Hu Jintao une sortie grotesque. Le geste du président américain s’apparente à un réflexe, évacuant d’un coup les convenances diplomatiques, et même la relation égalitaire entre les deux chefs d’Etat, comme si le premier rappelait à l’ordre le second, ou tout du moins mettait en évidence sa maladresse.

Cette main qui saisit la manche du président chinois le ramène à la réalité matérielle d’un simple corps en mouvement qui commet une erreur d’orientation. Pendant ce cours instant, Hu Jintao n’est plus l’incarnation de la Chine. C’est en ce sens qu’il s’agit d’une sorte de profanation. Je fais là référence aux travaux de l’historien Kantorowicz qui a montré dans Les deux corps du roi que le monarque possède un corps terrestre et mortel, mais aussi un corps politique et immortel. Bien involontairement, le geste de George Bush vient brièvement réduire Hu Jintao à sa propre banalité.

2. Salutation

Un sommet du G8 s’est tenu à L’Aquila en Italie du 8 au 10 juillet 2009. Plusieurs chefs d’Etat de pays émergents étaient invités à se joindre à l’élite dirigeante, notamment le Premier ministre indien, Manmohan Singh. L’illustration ci-dessous montre Nicolas Sarkozy en train de le saluer :

Dans cette courte scène, il y a toute une théâtralité des mains: la main de Premier ministre indien se tend dans le vide, la main droite de Nicolas Sarkozy se pose dans le dos de Manhoman Singh, puis sa main gauche saisit et recouvre la main tendue dans le vide. Tous ces gestes ont des sens bien précis. On peut en donner une interprétation :

  • Dans un premier temps, le Premier ministre indien tient à saluer le président français comme un homologue.
  • Mais ce geste tombe à plat puisque le président français préfère poser sa main droite dans le dos du Premier ministre indien avec une intention certes bienveillante, mais très familière, qui peut être perçue par certains comme de la condescendance de la part d’un président membre à part entière du G8 envers le Premier ministre d’un pays « invité » au G8.
  • Enfin, le président français, conscient que la main du Premier ministre indien ne peut rester dans le vide sans qu’il ne perde la face, choisit de saisir cette main d’une étrange façon, en la serrant de sa main gauche.

3. Fascination

Les 12 et 13 juillet 2008, la France organise un sommet pour lancer le projet de l’Union pour la Méditerranée. A cette occasion, le président français reçoit les dirigeants des pays méditerranéens, dont plusieurs autocrates déchus depuis. L’émir du Qatar est également invité. Nous sommes alors au début d’une relation privilégiée entre la France et le Qatar durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Le contact entre les deux hommes est souvent très physique, avec de nombreuses accolades et embrassades. Je trouve particulièrement intéressant ce cliché :

Les mains du président français sont posées sur le corps de l’émir du Qatar dans un geste à la fois de fascination et de respect. Fascination pour ce corps à la lourde matérialité, respect pour la puissance que représente le Qatar. Contrairement au geste de George Bush qui, en tirant la manche de Hu Jintao, séparait les deux corps du roi, les mains de Nicolas Sarkozy, apposées sur l’émir, réunissent les deux corps. En poussant plus loin, ce geste m’a fait penser aux pèlerins de Lourdes (d’où je viens) qui viennent toucher les parois de la grotte:

4. Hésitation

Le 19 novembre 2012, le président Obama a effectué une visite historique en Birmanie. A cette occasion, il a rencontré l’opposante birmane, Aung San Suu Kyi. Alors qu’il venait de s’exprimer face à la presse, il s’est tourné vers elle pour l’embrasser :

L’embarras de Aung San Suu Kyi est manifeste. Cela ne se fait pas de s’embrasser en public, aussi chaste ce baiser soit-il. Obama a-t-il eu conscience d’être allé trop loin ? On peut se poser la question tant sa main gauche fait contraste avec son intention. D’un côté, il cherche le contact physique en embrassant Aung San Suu Kyi ; d’un autre côté, il prend soin de ne pas toucher Aung San Suu Kyi avec la main. Il se place lui-même en plein dilemme entre la recherche de l’intimité et le respect de la pudeur.

Barack Obama a déjà été pris en flagrant délit de contradiction entre deux attitudes corporelles opposées. C’était lors d’une visite au Japon (voir sur ce blog Quand Obama s’incline) où il a salué l’empereur du Japon à la fois en lui serrant la main à la mode américaine et en s’inclinant et à la mode japonaise :

5. Effusion

En matière d’effusion embarrassante, l’acteur Richard Gere a fait très fort lorsqu’il a embrassé et étreint en public la star indienne Shilpa Shetty en avril 2007, déclenchant une vague d’indignation dans tout le pays. Tout a commencé avec la main de Shilpa Shetty qu’il a saisie et embrassée :

La suite de la scène se passe de commentaire. Richard Gere se lance dans une étreinte fougueuse qui aurait du mal à passer même aux Etats-Unis :


6. Prévention

Que savait Barack Obama des frasques de Dominique Strauss-Kahn – mais aussi de Silvio Berlusconi – lors du sommet de Pittsburgh en septembre 2009 ? A observer les gestes de chacun sur certains clichés, la question mérite d’être posée. Observez ainsi le regard et la main de Barack Obama quand Dominique Strauss-Kahn s’adresse à sa femme Michelle :

Sans surdéterminer les attitudes de chacun, il est clair que Barack Obama surveille et contient Dominique Strauss-Kahn. Est-ce pour la raison que chacun sait aujourd’hui ? A savoir un penchant immodéré pour les femmes. C’est tout à fait possible, d’autant plus qu’un autre cliché pris lors du même sommet montre que le couple Obama se tient sur ses gardes par rapport au comportement d’une autre personne : Silvio Berlusconi. Alors que Michelle Obama vient d’embrasser les autres dirigeants, elle refuse de faire de même avec Silvio Berlusconi à qui elle tend seulement la main tout en restant bien à distance :

Pour compléter cet article, je vous invite à consulter :

* * *

  • Vous avez un projet de formation, une demande de cours ou de conférence sur le management interculturel?
  • Vous souhaitez engager le dialogue sur vos retours d’expérience ou partager une lecture ou une ressource ?
  • Vous pouvez consulter mon profil, la page des formations et des cours et conférences et me contacter pour accompagner votre réflexion.

Quelques suggestions de lecture:

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

*



Newsletter

Comme plus de 1500 abonnés, recevez directement le dernier article publié!

Ce travail et ces partages ont votre soutien?

Pourquoi? Voyez ici!

Articles les plus consultés

Archives


Pour toute reproduction contactez l'auteur de ce site.
© 2009-2017 www.gestion-des-risques-interculturels.com